Le Mangeur de Cailloux: le plaisir avant tout

Guest Blogueur Publié le 07/12/2015 Par Valérie MESNIL 0 commentaire

Que ce soit dans sa pratique sportive ou dans la rédaction de son blog, le Mangeur de Cailloux l’avoue, ce qu’il recherche c’est le plaisir de partager, de rencontrer différentes sensations sur route comme en forêt. Son blog est le fruit de la recherche d’un équilibre entre des articles « produits » et ses récits de course, et d’entraînements. Une belle découverte.

Le Mangeur de Cailloux qui dévore les kilomètres

Mangeur de Cailloux Loubsol

Quand il s’agit de s’entraîner, le Mangeur de Cailloux fait preuve d’une motivation : « J’ai beaucoup couru entre 5 h et 7h du matin. Mon réveil est un peu en panne depuis la rentrée mais il devrait bientôt se remettre en marche car c’est un moment privilégié de la journée, à la lueur de la frontale dans mon bois » !

Même s’il conseille de préférer une répétition de 3 entraînements de 45 minutes aux néophytes, le Mangeur de Cailloux, lui, s’entraîne 4 à 6 fois par semaine. Très souvent entre midi et 14h, il court avec ses collègues sur des séances de pistes ou des courses. Le weekend, il alterne entre le bord de seine et la forêt en fonction de ses objectifs.

Des objectifs il en a. De base, il aime alterner les courses de fond et les épreuves rapides, comme on peut aussi bien le retrouver sur un Ultra Trail que dans la masse d’un marathon urbain : « j’aime les courses populaires sur route, les trails avec des petits pelotons. Je ne gagnerai sûrement jamais aucune course, alors autant aller prendre du plaisir, me dépasser dans des environnements différents. (..) Et c’est aussi un excellent moyen d’entretenir la motivation. Cette année j’ai fait 3 ultras dont 2 en montagne, le marathon de Paris, alors je pars maintenant sur des courses plus courtes. Il y aura plus de vitesse, des sensations différentes ».

Des objectifs, des sensations et des copains, le carburant du Mageur de Cailloux

« Le jour où il n’y aura plus de commentaires sur le blog, je pense que j’arrêterai. Il créé un lien avec les coureurs que j’ai pu croiser, ceux qui ont fait la course en même temps ou l’année d’après. C’est aussi le point de départ de vrais rencontres. A force de papoter par mail, commentaires ou Facebook, on fini par se rencontrer In Real Life. La Runnosphère est née comme ça. Maintenant une bonne partie des membres sont de vrais amis ».

Côté sensation, certaines de ses précédentes courses l’ont gâté. La Saintélyon 2013 où il a pris son pied sur les 20 derniers kilomètres. L’écotrail 2015 où il a eu l’impression de terminer la course sur un nuage. Ou les 90 kilomètres de l’UT4M 2015 « avec une superbe balade dans le massif de la Belladone de jour, la meilleure pastèque du monde après 12 heures de course dont une partie bien au chaud ».

Enfin, ses objectifs, il les résume ainsi : « mon premier objectif est le Marathon de Paris (…) je vais essayer de m’approcher des 3 heures. D’ici là, je me concentre sur des distances plus courtes et essaye d’améliorer ma vitesse de base. Je ferai donc des 10 kilomètres, des trails courts et roulants. J’ai même couru un 5 kilomètres dans le cadre de l’Ekiden de Paris 2015, un marathon couru en relais avec la Runnosphère ». Les copains toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *